Aller au contenu

Dernières actualités

Tour de Gironde des Initiatives, à Vélo!

Après quelques semaines d’absence, nous revenons pour vous annoncer le grand lancement du Tour de Gironde des Initiatives, à vélo. 

Du nord au sud, de l’est à l’ouest, la Gironde regorge d’initiatives concrètes de transition écologiques et sociale portées localement par des association, des collectifs, des petites entreprises, des collectivités…

Innovant, engagé, solidaire, écologique : vous souhaitez découvrir votre département comme vous ne l’avez jamais vu ? 

Alors enfourchez votre bicyclette et rejoignez le TOUR DE GIRONDE DES INITIATIVES !!

Initié par la MNE – Maison de la Nature et de l’Environnement et le collectif Gironde en Transition, le Tour de Gironde des Initiatives vous invite à parcourir les routes de Gironde sur votre vélo pour découvrir les dizaines d’initiatives concrètes qui animent et dynamisent nos territoires.

 

Le temps d’une journée, d’un week-end ou plus encore, embarquez avec nous pour (re)découvrir ces magnifiques projets : agriculture, énergie, habitat, récup’, mobilités… Nos territoires regorgent de petites et de grandes solutions qui ensemble dessinent un monde plus durable, plus soutenable et donc, plus enviable.

 

Pour maintenir le moral du peloton, des soirées festives seront organisées chaque soir pour que cyclistes et habitant.e.s puissent échanger le temps d’un débat, d’une projection, d’un repas partagé ou d’un concert. Parce qu’un monde plus écologique sera inévitablement plus solidaire et plus enjoué.

Tour site internet carte-min

Alors c’est parti ? De juin à septembre, rejoignez le peloton pour découvrir et fêter les initiatives de transition en Gironde !

 

Le programme des étapes sera divulgué au fur et à mesure de l’été.

 

Mais rassurez-vous, vous pouvez d’ores-et-déjà découvrir celui de la PREMIÈRE ETAPE DU TOUR, qui, du 3 au 5 juin, arpentera les routes de l’Entre-deux-mers : cliquez ici !

 

Et vous y inscrire : cliquez ici !

 

Pour toutes question : contact@mne-bdx.org / 0r.35.54.13.23 / 06.63.43.96.57



Dominique Bourg : « L’heure est à la croyance au miracle »

Philosophe, professeur à l’université de Lausanne

 HTTP://WWW.ALTERNATIVES-ECONOMIQUES.FR/DOMINIQUE-BOURG-LHEURE-A-CROYANCE-MIRACLE/00012649   

 

Pour prendre le virage d’une économie économe en ressources, nous misons tout sur les progrès techniques. A tort, estime le philosophe Dominique Bourg, vice-président de la fondation Nicolas Hulot.

 

Quels sont les objectifs à respecter en termes de réduction de nos consommations de ressources ?

 

Il y a deux limites à notre consommation de ressources. La première découle de la quantité d’une ressource donnée accessible à un coût énergétique acceptable. La seconde procède des effets indirects de l’exploi­tation de ces mêmes ressources : par exemple, l’exploitation des énergies fossiles, parce que provoquant le changement de la composition chimique de l’atmosphère, est en passe de faire basculer le système Terre vers un état inédit, hostile à l’habitat humain, l’anthropocène.

 

Les limites en matière de ressources ne sont pas absolues mais relatives, ce qui les rend plus difficilement identifiables. Nous n’exploiterons jamais par exemple, contrairement aux dires de Max Weber, la dernière goutte de pétrole. Il nous faudrait en effet probablement plusieurs barils pour ­l’extraire de quelque recoin des profondeurs de la Terre. C’est aujourd’hui 10 % de l’énergie primaire au monde qui sont consacrés aux activités extractives et le coût énergétique de ces extractions croît de façon exponentielle, tant nous devons nous enfoncer dans les profondeurs des sous-sols, parfois jusqu’à plus de 600 mètres pour certains métaux. Et aller chercher sur la Lune des métaux semi-­précieux n’améliorerait pas le coût énergétique global de nos activités extractives.

 

« Ceux qui franchissent les limites ne sont pas ceux qui passent à la caisse »

Les secondes limites, celles relatives à l’état actuel du système Terre – en matière de climat, de biodiversité, d’acidification des océans, d’usage des sols, de l’eau, de cycles de l’azote et du phosphore, etc. – sont beaucoup plus dangereuses encore pour nous. Rien ne nous empêche en effet de les franchir, ce à quoi nous nous employons d’ailleurs avec une vigueur étonnante. Le problème est que les conséquences du franchissement de ces limites n’apparaissent que longtemps après que nous les ayons franchies. Il faut par exemple attendre plusieurs décennies avant qu’un degré de concentration des gaz à effet de serre déploie ses premiers effets, et au moins un siècle pour qu’il les développe en grande partie. En d’autres termes, ceux qui franchissent ne sont pas ceux qui passent à la caisse.

 

Notons que l’affaire climatique commence à prendre un tour tragique. Les choses se déroulent plus vite et/ou plus mal qu’on ne s’y attendait. Le relatif plateau des années 2000-2010 a été une surprise, explicable par le réchauffement en profondeur des océans. L’actuelle accélération du réchauffement depuis 2014, et plus encore depuis 2016, est tout aussi surprenante. Août aura été le 16e mois d’affilée le plus chaud jamais enregistré et nous avons atteint une température moyenne de près de 1,3 °C supérieure aux valeurs préindustrielles. Si elles devaient être confirmées, différentes études concernant le rôle des nuages ou encore des données paléoclimatiques pourraient nous amener à rehausser la sensibilité du système climatique à nos émissions. La fonte des masses glaciaires est plus rapide que prévu et pourrait s’avérer irréversible.

 

Si la nécessité de limiter notre consommation de ressources fait aujourd’hui consensus (à de rares exceptions près), les moyens d’y parvenir diffèrent. Pourquoi, par exemple, ne partagez-vous pas l’optimisme technophile de Philippe Aghion, qui estime que « c’est du changement technologique que viendra la lutte contre le changement climatique » ? Et comment expliquez-vous cet engouement pour les solutions techniques ?

 

L’heure est à la croyance au miracle. Certains annoncent qu’il n’y aura bientôt plus assez de carbone dans l’atmosphère, grâce probablement au pompage des Shadocks ! Elon Musk (fondateur de SpaceX et cofondateur de Tesla Motors) nous annonce qu’il va « terraformer » Mars pour y établir une colonie humaine. Mais une telle « terraformation », si tant est qu’elle soit possible, pourrait durer des centaines de milliers d’années ! Ce n’est pas le même défi que produire 350 000 batteries au lithium, qui le met d’ailleurs déjà à la peine !

 

Pour tout dire, j’ai du mal à comprendre ce qui fonde cet hyper­optimisme relatif à l’issue de la guerre que nous conduisons contre la nature. Tous les indicateurs environnementaux passent les uns après les autres au rouge et les nuages s’accumulent à l’horizon climatique : la production céréalière, contrée par les aléas du climat, croît moins vite que la démographie mondiale, des insectes hyperrésistants apparaissent aux Etats-Unis, les océans se remplissent de méduses, etc. Et tout cela est bien le résultat de la saga des progrès technologiques antérieurs. Un récent rapport de l’Organisation des Nations unies (« Global Material Flows and Resource Productivity ») montre que la consommation de ressources augmente même plus vite que le produit intérieur brut (PIB) depuis 2000 ! Non seulement nous ne sommes pas parvenus en quarante ans de progrès techniques à découpler la croissance du PIB des flux sous-jacents, mais c’est l’inverse qui s’est produit.

 

Compte tenu d’un tel démenti par les faits, je n’ai pas d’autre explication à ces assertions que celle d’un phénomène religieux, au sens d’une croyance vous permettant d’attendre du monde plus qu’il ne pourra jamais vous donner. Toutes les religions ont des miracles à faire valoir sans qu’elles ne soient jamais parvenues à changer à l’avantage de tous, et de façon patente, l’état du monde. La religion techno-économique peut faire valoir aussi des réussites éclatantes – la méthode Crispr cas9 [1] pour le découpage du génome, les cellules souches pluripotentes et induites (IPS), la loi de Moore [2] ou les progrès vertigineux de l’intelligence artificielle, etc. –, mais celles-ci ne semblent pas en mesure de remédier à la masse des difficultés qui nous accablent, sans compter celles qu’elles ajouteront immanquablement.

 

Surtout, je crois que nous avons une fâcheuse tendance à confondre techniques et sciences. Les techniques nous font croire au miracle et cela fait des décennies qu’elles sont présentées et vendues ainsi, comme autant de promesses folles mais jamais totalement tenues. En revanche, le discours scientifique ouvre de tout autres perspectives. Considérons le système Terre. Il agit lui-même sur ses éléments, intensifiant ou réprimant leur expression. Les mêmes causes ne sont pas ainsi systématiquement suivies des mêmes effets. Le devenir du système est donc difficilement prévisible ; il recèle même divers points de basculement dont il est impossible de connaître les seuils à l’avance. Dans ces conditions, l’idée d’une maîtrise globale n’a aucun sens. Et il n’y a pas à proprement parler de géo-ingénierie, mais au mieux des leviers partiels d’action, pour ne pas dire des bouts de ficelle, dont on ne saurait vraiment connaître à l’avance la totalité des conséquences. Certes, nous exerçons désormais une influence massive sur le système Terre, en réalité involontaire et nullement pilotée, mais elle est en passe de susciter elle-même des réactions tout aussi massives, que nous ne saurions ni totalement prévoir, ni encore moins maîtriser.

 

Que faudrait-il mettre en œuvre pour jeter les bases d’une économie économe en ressources ?

 

Ce qu’il faudrait faire, c’est ce qu’on ne fera pas : chercher à contrôler et à réduire progressivement, par des instruments et des incitations divers, nos consommations. Ce serait violer le fondement consumériste de notre civilisation.

Nous préférons croire au miracle et nous le ferons jusqu’à un éventuel effondrement. Cela est d’autant plus dommage que nous aurions de bonnes raisons de ne pas continuer sur notre lancée.

Pourquoi, en effet, poursuivre la sacrée croissance alors qu’elle ne délivre plus ses fruits et ruine nos conditions physiques d’existence ? La croissance du PIB ne débouche en effet plus sur une amélioration du bien-être, ni sur une création nette d’emplois, ni sur une réduction des inégalités.

 

En revanche, des progrès techniques associés à une réduction des consommations permettraient d’étendre progressivement au plus grand nombre certaines formes de confort matériel d’existence. Changement technique et changement des modes de vie pourraient être autrement combinés. Tel serait le projet d’une économie perma-circulaire, visant à ramener l’empreinte écologique de l’humanité à une planète.

 


Des champs à l’assiette, où en est vraiment le bio en France ?

http://www.sudouest.fr/2017/04/02/des-champs-a-l-assiette-ou-en-est-vraiment-le-bio-en-france-3326548-706.php#xtor=EPR-260-[newsletter-quotidienne]-20170402

 

Publié le 02/04/2017 à 7h09 par Cathy Lafon.

Si les consommateurs plébiscitent ses produits, tout n’est pas rose pour l’agriculture bio dans l’Hexagone… Explications

Le marché français du bio, en plein boom, continue d’afficher une excellente santé. Ses taux de croissance record côté consommation ne doivent toutefois pas occulter une réalité plus contrastée dans le paysage agricole.

Un marché de 7 milliards d’euros

En dépit de l’essor phénoménal d’un marché qui a atteint 7 milliards d’euros en 2016, contre 5,5 l’année l’année précédente, les surfaces agricoles bio ne couvrent encore qu’à peine 6% de la surface totale agricole cultivée du pays. Quant aux producteurs bio, alors que leurs exploitations sont florissantes, nombre d’entre eux sont aujourd’hui en difficulté, l’Etat et les régions tardant depuis deux ans à leur verser les aides qui leur sont dues.

Pourtant, de récentes études scientifiques montrent que la réduction des pesticides en agriculture ne nuit pas à la productivité. Par ailleurs, pour répondre à la demande toujours plus forte des consommateurs, on sait qu’il faut plus de production et donc, plus d’exploitations tricolores labellisées bio…Une situation plutôt paradoxale qui a conduit la filière, à la veille de la présidentielle, à inviter les candidat à signer un « pacte » visant à faire de la France le « premier pays bio en  Europe ».

Des paniers tricolores toujours plus bio

Après une progression importante de 10 % en 2015, et un chiffre d’affaire annuel de 5,5 milliards d’euros, le bio a bondi l’an dernier de 20 %  dans le panier du consommateur, selon le bilan annuel publié en février 2017 par l’Agence Bio (l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique).

69% des Français consomment régulièrement du bio

En 2016, une année qualifiée d’« historique » par le Baromètre Agence Bio, les Français ont dépensé 7 milliards d’euros pour manger et boire des produits labellisés sans produits phytosanitaires ni OGM. 89% d’entre eux (près de 9 sur 10) ont consommé bio, et 69% (près de 7 sur 10)  disent consommer régulièrement bio, au moins une fois par mois. Des chiffres bien loin de ceux enregistrés lors de la première édition du Baromètre en 2003, où 46% des Français assuraient ne jamais consommer de produits bios…

Cet engouement pour les produits bio doit beaucoup à l’engagement des grandes surfaces dans un marché lucratif, mais aussi au développement des enseignes spécialisées comme Bio c’ Bon, Naturalia ou encore La Vie claire, dont les ventes ont progressé de 25% en 2016 par rapport à 2015, souligne l’Agence.

Les Français veulent une agriculture plus saine… et du bio !

Tout devrait donc aller pour le mieux sur la planète verte du bio : les clients sont là et ils en veulent toujours plus. Selon un sondage IFOP publié le 15 mars 2017, réalisé à l’approche de l’élection présidentielle à la demande de l’association Agir pour l’environnement, près de 90% des personnes interrogées considèrent qu’une « réforme du modèle agricole » est une priorité.

Favorables à une « transition » vers une agriculture « plus respectueuse de l’environnement », les Français souhaitent la mise en place d’une agriculture produisant des aliments « locaux, plus sains et sûrs ». Une très large majorité des personnes interrogées se dit encore favorable à une « réorientation des subventions » destinées aux professionnels, afin d’atteindre un objectif minimum de 20% de la surface agricole cultivée en bio en 2022, au lieu de 6% actuellement.

« Interdiction progressive » des pesticides

Quant aux pesticides, selon le même sondage IFOP, le jugement des Français est sans appel : ils sont 86% à demander leur « interdiction progressive » dans les champs, d’ici à 2025. Premier consommateur européen de pesticides et troisième dans le monde, le pays est encore très loin du compte… Alors que l’objectif du plan gouvernemental Ecophyto2, doté d’un budget de 71 millions par an, vise à diviser par deux l’usage des phytosanitaires à l’horizon 2025, le recours aux pesticides a diminué de 2,7% en 2015 par rapport à 2014 pour les usages agricoles, mais il reste en hausse de 4,2% sur la moyenne triennale.

Production agricole bio : bien, mais pourrait mieux faire

« Chaque jour, 21 exploitations agricoles se convertissent au bio »

Du côté de l’offre, avec ses 32 326 fermes bios (7,3% des fermes du pays), l’Hexagone occupe depuis 2014 la troisième place sur le podium européen, derrière l’Espagne et l’Italie. Après voir bondi en France de 17 % en 2015,  les surfaces cultivées sans produits chimiques et en conversion, ont poursuivi une progression de 16 %en 2016. L’Agence Bio enregistre également 3 900 nouveaux producteurs en bio en un an.

Un essor qui profite à la Nouvelle Aquitaine. Si l’Occitanie reste la première région bio de France, avec 20% des producteurs du secteur, la région du grand Sud-Ouest, solidement installée dans le trio de tête avec Auvergne-Rhône-Alpes, est en pointe. Entre 1995 et 2016, sa surface certifiée en bio a été multipliée par 11, pour couvrir aujourd’hui 207 255 hectares, soit 5,3% de sa surface agricole utile. Ses 12 départements abritent aujourd’hui plus de 4 800 exploitations. La Nouvelle Aquitaine fait partie des trois régions qui ont connu le plus grand nombre de conversions en 2016, ajoute l’agence française.

« Un nouveau magasin bio ouvre tous les deux jours »

Pourtant, en dépit de cette hausse continue, les cultures bios ne représentaient encore au global que 1,54 millions d’hectares à la fin 2016, soit 5,7 % de la surface agricole utile (SAU) nationale. Insuffisant pour couvrir la demande, quand on sait que de l’autre côté de la chaîne, « un nouveau magasin spécialisé bio ouvre tous les deux jours », selon Jean Verdier, président du Synabio, syndicat regroupant 350 entreprises bio et représentant 50 % du chiffre d’affaires effectué par la filière.

Où sont passées les aides à l’agriculture bio ?

Surtout, selon la Fédération nationale d’Agriculture biologique (FNAB) les aides ne sont pas « suffisantes »pour accompagner le développement d’une filière dont le marché explose. »Qui veut la peau du bio ? », alertait ainsi la Fnab le 16 février 2017, à la veille de l’ouverture du Salon international de l’agriculture, à Paris. L’organisme dénonçait le retard de deux ans de versements des aides à l’agriculture bio, mettant en grande difficulté financière quelque 25 000 exploitants bio, en dépit des avances versées.

« Qui veut la peau du bio ? »

Interpellé par la Fnab, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, annonçait le 28 février le déblocage d’une enveloppe de 342 millions d’euros d’ici le 31 mars 2017, afin de régler 80% des sommes dues au titre de l’année 2016, pour les aides à la conversion en bio, la reconnaissance des services environnementaux (dites « maintien »), et des mesures agro-environnementales pour l’exercice 2016.  Il reste toutefois que les soldes 2015 des aides ne sont toujours pas réglés, leur versement n’étant pas prévu avant le deuxième trimestre 2017. Une vraie menace pour l’avenir du secteur, s’inquiète la Fnab qui considère en outre que « les enveloppes 2015–20200 prévues par les régions sont largement insuffisantes ».

Réduire les pesticides ne nuit pas à la productivité agricole

Pourtant, une nouvelle étude menée à grande échelle en France par l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), publiée le 27 février 2017 dans la revue Nature Plants, vient de montrer qu’il était possible de réduire drastiquement l’usage des phytosanitaires dans l’agriculture, sans nuire à la productivité, à la rentabilité des exploitations et aux revenus des agriculteurs.

Pendant trois ans, les chercheurs de l’unité mixte de recherche (IUMR) Agroécologie de Dijon ont étudié 946 fermes de grandes cultures conventionnelles qui utilisent herbicides, fongicides et insecticides chimique pour des productions agricoles variées, en évaluant l’impact de la réduction des pesticides sur leur activité. Conclusion : au vu des résultats obtenus, on pourrait réduire les traitements chimiques en maintenant une productivité équivalente ou meilleure dans 94% des fermes, avec une rentabilité équivalente ou meilleure dans 77% d’entre elles, voire  même un effet positif pour 39% des cas. Ce qui permettrait de réduire de 30%  l’usage des pesticides l’Hexagone. Les trois quarts des cultivateurs pourraient se mettre à ces « nouvelles pratiques bonnes pour l’environnement, la santé humaine  et sans perte financière, à condition toutefois d’être accompagnés », souligne l’étude.

Que veulent les candidats à la présidentielle pour la filière bio ?

Certains candidats à la présidentielle de 2017 proposent de faire passer les cantines scolaires au bio.

Plébiscité par les consommateurs, le bio, qui ouvre aussi une porte de sortie de crise pour l’agriculture française, fait partie des  thèmes de campagne occultés par les « affaires » qui entourent certains candidats, comme François Fillon et Marine Le Pen, et par les déchirements internes d’un parti socialiste au bord de l’explosion

.

Un  » Pacte bio 2017″

Dans leurs programmes respectifs, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Jean-Louis Mélenchon et François Fillon, les cinq principaux candidats à la présidentielle, se déclarent peu ou prou tous favorables au bio et aux circuits courts. Le moins enthousiaste d’entre eux est François Fillon, et les plus avancés, Benoît Hamon, Jean-Louis Mélenchon et Emmanuel Macron. Marine Le Pen optant pour une approche résolument « tricolore ».

Pour aller plus loin que les intentions programmatiques, la filière bio a lancé un  » Pacte bio 2017 » qu’elle soumet à leur signature, ainsi qu’à celle des grands élus locaux et parlementaires. Ce « Pacte pour une agriculture et une alimentation d’intérêt général » reprend huit engagements pour le soutien du secteur, de la production la distribution, afin de mettre la France sur la première place du podium bio européen. Le 31 mars 2017, il avait déjà recueilli 1 219 signatures.

« Des soutiens financiers plus stables »

Pour la Fnab, la commission bio de Coop de France et le Synabio, il s’agit d’assurer à la bio des « soutiens financiers plus stables », mais aussi aboutir à une « reconfiguration totale de la PAC », la politique agricole européenne, en faveur d’une production sans pesticides. Sans oublier d’inciter par la loi l’introduction significative de produits bio dans la restauration publique et privée, afin de « développer des projets alimentaires territoriaux à forte valeur ajoutée ».

 



(06/03/2017)

Voici quelques infos pour mars et avril et l’article de la semaine : L’écopsychologie veut renouer le lien entre les humains et la nature

Ne ratez pas en mars l’une des 7 diffusions de Qu’est ce qu’on attend de MM Robin !

Bonne transition

– dimanche 5 mars de 10h00 à 13h00, le Marché Bio de Targon revient … et devient « Les Rendez-Vous Bio de Targon ». Les RDV Bio se proposent d’être une manifestation commerciale, festive et citoyenne qui aura lieu une fois par mois, chaque premier dimanche du mois à partir du dimanche 5 mars .

Retrouvez les marchés précédents sur :http://marchebiotargon.wixsite.com/info Retrouvez-nous sur https://www.facebook.com/biotimarrons

 

– jeudi 9 mars à 20h00 au cinéma Grand écran de Sainte Eulalie Diffusion de Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin, organisé par le nouveau groupe Saint Loubès en transition

 

– jeudi 9 mars de 18h00 à 21h00,  J-7 2e atelier Design Thinking l Villa Shamengo à Bordeaux!!! Bonjour à toutes et à tous, Après la 1ère édition du 19/01, très riche en génération d’idées, nous avons le plaisir de vous inviter pour le 2e atelier de Design Thinking qui nous aidera à concevoir la future Villa Shamengo à Bordeaux. Nous avons tiré les conclusions du 1er atelier pour déterminer 3 axes de travail, 3 problématiques à résoudre que nous vous présenterons jeudi prochain. Nous travaillerons alors sur des prototypes très concrets d’espaces ou d’activités. En parallèle, notre architecte indien Hiren Patel a visité Bordeaux et le site de l’allée Serr courant février et nous avançons ainsi rapidement sur les esquisses de cette 1ère Villa. Venez aider l’équipe Shamengo à construire le meilleur bâtiment possible ! Après une 1ère étape au sympathique et vibrant Node, nous serons cette fois accueillis par Emmanuelle Roques et la communauté du Social Club au 7 passage des Argentiers à Bordeaux. Le Social Club est un lieu magnifique dédié à l’amélioration de la qualité de vie par l’entraînement à la pleine conscience et les activités collaboratives. On est en plein dedans non?  Cet atelier sera animé comme le 1er par Sylvain Hatesse, animateur, formateur et créateur de jeux avec son agence Ecofocus. Pour des raisons d’organisation, pour celles et ceux qui ne l’ont pas déjà fait, je vous demande de bien vouloir me confirmer votre présence julien@shamengo.com !

vendredi 10 mars de 18h00 à 22h00 à Andernos, salle du Broustic, Forum des Initiatives Citoyennes : Venez découvrir ou retrouver les initiatives locales, citoyennes et responsables qui préparent le monde de demain lors d’un forum où chacune sera heureuse de vous présenter ses actions sur son stand.

Au programme :

  • – Les Amis de l’Ostrea
  • – Les Incroyables Comestibles Andernos
  • – Jardins Partagés – Réseau d’Echanges de Savoirs
  • – Le groupe Alimentation / Santé
  • – Les Mardis de la Transition
  • – Les Achats groupés citoyens
  • – Notre Rucher Partagé
  • – Le Café Philo du Bassin d’Arcachon
  • – La recyclerie Les Eco-Liés
  • – La recyclerie Rep’Eyre (sous réserve)
  • – Le Réséba (réseau d’entreprises du Bassin d’Arcachon)
  • – Le Club Cigales de  Blanquefort
  • – AMAP de Marcheprime.
  • Des animations seront présentes et une restauration légère sera possible sur place.

Entrée libre.

 

– dimanche 12 Mars 2017 de 10h à 18h Fête de La MIEL, marché d’artisans et de producteurs, à la salle des fêtes de Moulon,

miel

contact : Emilie Boutoule emilie.boutoule@lamiel.net / Tel: 06 20 41 78 44

 

– lundi 13 mars à 19h00, rencontre mensuelle de libournais en transition à la Maison des associations de Libourne, 47 boulevard de Quinault, 1er étage,suivie de notre habituelle et conviviale auberge espagnole…  Rencontre ouverte à toutes et à tous !

 

– mardi 14 mars à 19h00, rencontre mensuelle de Gironde en transition (2ème mardi du mois) à la Maison de la nature et de l’environnement, 3 rue de Tauzia à Bordeaux, suivie de notre habituelle et conviviale auberge espagnole… Rencontre ouverte à toutes et à tous !

 

– mardi 14 mars, « Les Mardis de la Transition » « La maison en A« . Ouverture des portes à 19h30. Foyer Alice Girou, 6 allée de Chanterelles – Lège-bourg (300 places). Les Mardis de la Transition reprennent, organisés par Barval en Transition, en partenariat avec le Café Philo du Bassin d’Arcachon !

 

– vendredi 17 mars à 19h30, première plénière mensuelle du nouveau groupe Saint Loubès en transition dans les locaux de l’ancienne cantine (environ 200 m à droite en sortant de la Coupole), organisation des projets qui ont émergé suite au forum ouvert : SEL – Repair café – Zéro déchet – Monnaie locale MIEL – Economies d’énergies / écoquartier – Alimentation / achats groupés / jardins partagés / Incroyables comestibles – Education / Citoyenneté – Vivre ensemble / repas des voisins / café associatif – Communication. Suivi d’une auberge espagnole. Contact saintloubesentransition@ntymail.com

 

– samedi 18 mars, samedi 15 avril, samedi 20 mai, samedi 17 juin, de 9h à 18h de 9h00 à 18h00, 104 avenue Anatole France à St-Médard-en-Jalles (à côté de l’ASCO) au local de Répar’en Jalles Que faire d’un fer à repasser qui ne chauffe plus, d’un aspirateur qui n’aspire plus ou d’un gilet déchiré ? Les jeter ? Pas question ! En  racheter un neuf ? Pas de précipitation! Pour diminuer les quantités de déchets Pour limiter la consommation des ressources Pour résister à l’obsolescence programmée Donnons une 2ème chance à ces objets en les réparant ensemble ! Rejoignez nos ateliers de réparation animés par des réparateurs bénévoles Se rencontrer, apprendre et s’entre-aider en réparant dans une ambiance conviviale : le petit électroménager, les outils, les jouets, les vêtements, les petits meubles, les vélos… Que vous sachiez bricoler ou pas,  vous serez les bienvenu-e-s ! Pour plus d’informations : http://reparenjalles.saintmedardasso.fr Contact 06 17 63 58 72

 

– samedi 18 mars, Bordeaux en Transition organise un événement autour de la mobilisation citoyenne et de la transition de manière générale, à la Halle des Douves (Capucins) et le jardin des remparts (juste à côté).

Le programme de la journée :
– 10h – 10h30 : accueil café (avec documentaires, bandes-annonces de documentaires, etc…)
-10h30 – 12h30 : échange avec le public autour de la transition et de la mobilisation citoyenne au moyen de l’outil d’approche narrative.
– 12h30 – 14h : pique-nique partagé en auberge espagnole au jardin (repli dans la Halle en cas de mauvais temps)
– 14h – 17h30 départ du circuit des ateliers avec Aremacs, le Réseau Paul Bert, Julien Beaucquel, les Incroyables Comestibles, le CREPAQ, la Monnaie locale : La MIEL, un groupe d’apiculteurs, et l’ensemble des groupes de Bordeaux en Transition.
– 18h concert avec So Whap et Uku Rebel Sun Song
– 20h clôture de l’évènement

Adresse: Halle des Douves / Jardin des Remparts, 4 Rue des Douves, 33800 Bordeaux

 

– dimanche 19 mars (3ème dimanche de chaque mois) à 11 heures à la salle de l’ancienne mairie de Noaillan rencontre mensuelle conjointe de Landes girondines en transition et du SEL

 

– jeudi 23 mars à 20h30 à Andernos au cinéma Le Rex, diffusion du film Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin. Un film magnifique qui montre à quel point les citoyens peuvent décider de leur avenir en ces temps de grands désordres politique, économique, et écologique. Débats en présence de Marie Monique Robin http://www.liberation.fr/futurs/2016/11/23/qu-est-ce-qu-on-attend-la-transition-ecologique-par-l-exemple_1530290

 

– vendredi  24 mars à 20h00 à Bordeaux en soirée à l’Utopia, diffusion du film Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin. Un film magnifique qui montre à quel point les citoyens peuvent décider de leur avenir en ces temps de grands désordres politique, économique, et écologique. Débats en présence de Marie Monique Robin http://www.liberation.fr/futurs/2016/11/23/qu-est-ce-qu-on-attend-la-transition-ecologique-par-l-exemple_1530290

 

– samedi 25 mars à 16h00 à Canéjean, diffusion du film Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin. Un film magnifique qui montre à quel point les citoyens peuvent décider de leur avenir en ces temps de grands désordres politique, économique, et écologique. Débats en présence de Marie Monique Robinhttp://www.liberation.fr/futurs/2016/11/23/qu-est-ce-qu-on-attend-la-transition-ecologique-par-l-exemple_1530290

 

– samedi 25 mars à 10h30 à Bordeaux à l’Utopia diffusion du film Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin. Un film magnifique qui montre à quel point les citoyens peuvent décider de leur avenir en ces temps de grands désordres politique, économique, et écologique. Débats en présence de Marie Monique Robin http://www.liberation.fr/futurs/2016/11/23/qu-est-ce-qu-on-attend-la-transition-ecologique-par-l-exemple_1530290

 

– samedi 25 à 20h30 à Blanquefort (en partenariat Gironde en transition, Echange Nord/Sud et le sel des Jalles) diffusion du film Qu’est ce qu’on attend !  de Marie Monique Robin. Un film magnifique qui montre à quel point les citoyens peuvent décider de leur avenir en ces temps de grands désordres politique, économique, et écologique. Débats en présence de Marie Monique Robin http://www.liberation.fr/futurs/2016/11/23/qu-est-ce-qu-on-attend-la-transition-ecologique-par-l-exemple_1530290

 

 

– jeudi 30 mars à 20h00 au cinéma de Créon Diffusion de Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin, organisé par Entre-deux-Mers en transition

 

– dimanche 9 avril à Bordeaux, 3 rue de Tauzia, village associatif des associations de la Maison de la nature et de l’environnement Bordeaux-Aquitaine, bourse aux vélos de Véloicité, lancement du tour de Gironde des initiatives…

 



 Nouvel article sur Gironde en Transition

Vers la fin de notre monde techno-industriel ? (SERVIGNE / HORS-SÉRIE)

VERS LA FIN DE NOTRE MONDE TECHNO-INDUSTRIEL ? (SERVIGNE / HORS-SÉRIE) Par la rédaction le 23/01/2017 – 16h35 – Hors Série Et si la fin de notre civilisation techno-industrielle était imminente? C’est du moins ce que nous invite à penser Pablo Servigne, invité cette semaine de l’émission Dans le texte de notre site partenaire Hors-Série. Auteur […]

Lire la suite

admin | février 2, 2017 à 10:54 | Étiquettes : entretien, pétrole, Transition | Catégories : Vidéo | URL : http://wp.me/p82Zqd-bl

02/02/2017 – Voici quelques dates des événements à venir :

Plus de détails et plus de dates dans Événements

Vendredi 3 février à 20h30 dans la salle des fêtes de Moulon, Les  parents d’élèves organisent la projection du film DEMAIN, le film sera suivi d’un débat.

 

Samedi 4 février à la Coupole de Saint Loubès, à 16h30 diffusion du film In transition 2.0 et débat, à 18h00 forum ouvert « Quelle transition citoyenne à Saint Loubès et dans son voisinage ? », 21h00 auberge espagnole à la bibliothèque, organisé par Saint Loubès en transition

Samedi  4 et dimanche 5 février à Saint Denis de Pile, le collectif qui porte un projet de café associatif/tiers lieux sur Libourne tiendra un café éphémère à l’occasion de l’anniversaire de la recyclerieLes ateliers de 2 mains dans leurs locaux de Picampea

Lundi 6 février à 18h30, rencontre mensuelle de Transition au fil de l’eau (nom provisoire pour ce groupe qui rassemble de Gensac à Castillon en passant par Flaujagues et Vélines) à Flaujagues au Foyer municipal,

Mercredi 8 février  à 19h00 rencontre mensuelle de ILES de Haute Gironde en transition au château Robillard, 41 rue Robillard, à Saint André de Cubzac.

Lundi 13 février à 19h00, rencontre mensuelle de libournais en transition à la Maison des associations de Libourne, 47 boulevard de Quinault, 1er étage, suivie de notre habituelle et conviviale auberge espagnole…  Rencontre ouverte à toutes et à tous !

Mardi 14 février à 19h00, rencontre mensuelle de Gironde en transition (2ème mardi du mois) à la Maison de la nature et de l’environnement, 3 rue de Tauzia à Bordeaux, suivie de notre habituelle et conviviale auberge espagnole… Rencontre ouverte à toutes et à tous !

Mercredi 15 février à 19h00, rencontre mensuelle de ILES de Haute Gironde en transition au château Robillard, 41 rue Robillard, à Saint André de Cubzac, suivie d’une auberge espagnole.Rencontre ouverte à toutes et à tous !

Mercredi 15 février à 20h30 le Cinéma VOG de BAZAS programme la projection du film « QU’EST-CE QU’ON ATTEND ? » du MM ROBIN. Elle sera suivie d’un débat que le groupe de Transition Landes Girondines est convié d’animer

Jeudi 16 février à 19h15 Vous êtes cordialement invité-e à la réunion de création de la CIGALES bordelaise,  dans les locaux de COOP-ALPHA, 1 Avenue de la Libération, 33310 Lormont,arrêt Iris, tram A direction La Gardette.crééecigales.nouvelle.aquitaine@gmail.com. .

Samedi 18 février, samedi 18 mars, samedi 15 avril, samedi 20 mai, samedi 17 juin, de 9h à 18h de 9h00 à 18h00, 104 avenue Anatole France à St-Médard-en-Jalles (à côté de l’ASCO) au local de Répar’en Jalles. Pour plus d’informations : http://reparenjalles.saintmedardasso.fr Contact 06 17 63 58 72

Lundi 20 février à 19h30 rencontre mensuelle de Entre-deux-Mers en transition probablement à Créon salle « Bertal » 11 rue du docteur Fauché

Jeudi 23 mars à 20h30 à Andernos au cinéma Le Rex, diffusion du film Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin. Un film magnifique qui montre à quel point les citoyens peuvent décider de leur avenir en ces temps de grands désordres politique, économique, et écologique. Débats en présence de Marie Monique Robin http://www.liberation.fr/futurs/2016/11/23/qu-est-ce-qu-on-attend-la-transition-ecologique-par-l-exemple_1530290

 

– vendredi  24 mars à Bordeaux en soirée à l’Utopia, diffusion du film Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin. Un film magnifique qui montre à quel point les citoyens peuvent décider de leur avenir en ces temps de grands désordres politique, économique, et écologique. Débats en présence de Marie Monique Robin http://www.liberation.fr/futurs/2016/11/23/qu-est-ce-qu-on-attend-la-transition-ecologique-par-l-exemple_1530290

Samedi 25 mars en matinée à Bordeaux à l’Utopia diffusion du film Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin. Un film magnifique qui montre à quel point les citoyens peuvent décider de leur avenir en ces temps de grands désordres politique, économique, et écologique. Débats en présence de Marie Monique Robin http://www.liberation.fr/futurs/2016/11/23/qu-est-ce-qu-on-attend-la-transition-ecologique-par-l-exemple_1530290

Samedi 25 en soirée à Blanquefort (en partenariat Gironde en transition, Echange Nord/Sud et le sel des Jalles) diffusion du filmQu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin. Un film magnifique qui montre à quel point les citoyens peuvent décider de leur avenir en ces temps de grands désordres politique, économique, et écologique. Débats en présence de Marie Monique Robin http://www.liberation.fr/futurs/2016/11/23/qu-est-ce-qu-on-attend-la-transition-ecologique-par-l-exemple_1530290



 

Nouvel article sur Gironde en Transition

Compte-rendu – Plénière 10/01/17 – Gironde en transition

par admin

  Compte rendu Plénière Gironde en Transition – 13 décembre 2016 Personnes présentes : Romain (MNE), Muriel (St Aubin), Élisabeth (St Médard en Jalles), Hélène (St Médard en Jalles), Alain (Parempuyre), Stéphane (Bassin), Jacquotte (Libourne), Pascal (Libourne), Téha (Bordeaux), Lauréline (Bordeaux), Gilbert(Bordeaux), Yannis (Bordeaux). Ordre du jour : – organisation d’un tour de Gironde en vélo des […]

Lire la suite



TOUR DE GIRONDE À VÉLO

Retrouver le Compte-Rendu de la réunion du 20 décembre, sur ce sujet

Les groupes de transition de Gironde (Saint Médard et Saint Aubin, Parempuyre, Libournais, Entre-deux-Mers, Val de l’Eyre, Landes girondines, Nord Bassin, Bordeaux, Pessac, Sud-Bassin, ILES de Haute Gironde, Saint Loubès, Castillon/Flaujagues/Vélines) souhaite organiser un Tour de Gironde à vélo des initiatives (nom provisoire).

Il pourrait se réaliser en partenariat avec des associations membres de la Maison de la nature et de l’environnement (MNE) Bordeaux-Aquitaine http://www.mne-bordeauxaquitaine.org/ et toutes personnes, associations, collectifs, collectivités… qui le souhaiteraient.

Il pourrait débuter le dimanche 9 avril avec une journée de la MNE de Bordeaux qui sera associer à une bourse aux vélos, et se terminera potentiellement le 23 septembre pour la Fête de la transition citoyenne http://www.transitioncitoyenne.org/ sur la plage d’Andernos. (?).

Se tour se composerai de plusieurs weekend (prolongés) réparti chacun sur un regroupement de 2/3 territoires en transition. Les étapes seraient accessible à toutes et à tous, quel que soit leur niveau.

Ce serait l’occasion de :

–          valoriser les déplacements doux notamment le vélo

–          faire connaître ces initiatives positives qui inventent le monde de demain : SEL, AMAP, jardins partagés, CIGALES, recycleries, monnaies locales, écoles alternatives, Repair Café, Incroyables Comestibles, maraichers et viticulteurs bio, tiers lieux…, issues de citoyens, collectifs, associations, collectivité et entreprises locales saines.

–          sensibiliser et d’informer le grand public lors des soirées d’étapes, via des conférences ou films débats, des espaces de gratuité, des stands, des bourses aux initiatives, des forums-ouverts, des fêtes, des concerts…



Nouveaux articles sur Gironde en Transition

  • Coup de pouce pour Rizibizi / Source : SUD OUEST – Publié le 27/12/2016

Mélanie Thuillier, de Rizibizi, reçoit le chèque de prêt de 2 400 euros, fruit de l’épargne des Cigales libournaises, des mains de Pierre Becck, trésorier de l’association. Au fond, avec son […]

Lire la suite

  • Un système d’échange sans argent en réflexion / Source : SUD OUEST  Publié le 24/12/2016 par Isabelle Gomez.

Une partie du groupe Initiative locale écocitoyenne et solidaire en plein travail. Les membres de Haute Gironde en transition s’activent, entre autres, pour créer un Système d’échange local […]

Lire la suite

 

  • Monnaie locale : la MIEL déjà 4 ans

Cher(e)s ami(e)s et partenaires de La MIEL, Après 4 années de fonctionnement de La MIEL, il est utile de faire un point d’étape de notre Monnaie d’Intérêt Economique Local. 500 adhérents (pas tous à jour) et près de 130 prestataires sur 4 secteurs – Libournais, Entre 2 Mers, Sud-Gironde et Bordelais, 55.000 MIELs en circulation et, […]

Lire la suite


Dernières nouvelles de cette année 2016 pour Gironde en Transition, avant de nous retrouver en 2017, année qui pourrait bien être l’année de la grande transition, comme les régions wallonnes et bruxelloise, avec entre 42 et 84 initiatives de transition lancées en 2016, notamment grâce au film Demain (voir nouvel article mis en ligne).

La même chose peut-être en France en 2017 avec le film documentaire de Marie Monique Robin : « Qu’est-ce qu’on attend?« , dont de nombreuses diffusions sont en train d’être programmées au cours du 1er trimestre prochain. (voir agenda)

Nous vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année et à l’année prochaine.

 

En attendant, voici les derniers événements de la transition programmés au cours des semaines à venir (à retrouver dans la partie événement) :

  • jeudi 5 janvier à 20h15 au cinéma de Libourne diffusion du film Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin en partenariat avec le Libournais en transition, Biotope Festival (Saint Emilion) et Domaine des possibles (Saint Germain la Rivière).
  • lundi 9 janvier à 19h00, rencontre mensuelle de libournais en transition à la Maison des associations de Libourne, 47 boulevard de Quinault, 1er étage, suivie de notre habituelle et conviviale auberge espagnole…  Rencontre ouverte à toutes et à tous.
  • lundi 9 janvier à 18h30, rencontre mensuelle de Transition au fil de l’eau à Flaujagues au Foyer municipal, (nom provisoire pour ce groupe qui rassemble de Gensac à Castillon en passant par Flaujagues et Vélines) elle est fixée le 1er lundi du mois, exceptionnellement en janvier ce sera le 2ème lundi, rencontre suivie d’une auberge espagnole.
  • mardi 10 janvier à 19h00, rencontre mensuelle de Gironde en transition (2ème mardi du mois) à la Maison de la nature et de l’environnement, 3 rue de Tauzia à Bordeaux, suivie de notre habituelle et conviviale auberge espagnole…
  • mercredi 11 janvier à 19h00, rencontre mensuelle de ILES de Haute Gironde en transition au château Robillard, 41 rue Robillard, à Saint André de Cubzac, suivie d’une auberge espagnole, parmi les actions mise en route
  • samedi 21 janvier 2017 de 9h00 à 18h00, 104 avenue Anatole France à St-Médard-en-Jalles (à côté de l’ASCO) Atelier de réparation au local de Répar’en Jalles.  Pour plus d’informations : http://reparenjalles.saintmedardasso.frTél : 06 17 63 58 72
  • lundi 30 janvier à 20h00 (ouverture 19h30) au cinéma le Carré des Jalles de Saint Médard en Jalles, soirée débat avec le film Demain, organisée par le collectif « Arsac demain », les Incroyables comestibles d’Arsac, en partenariat avec Gironde en transition, Saint Médard et Saint Aubin en transition et Parempuyre en transition. Prix des places 7,5 €. Covoiturage possible depuis Arsac. Contacts Alexandra 06 82 18 68 28, Nathalie 06 60 22 30 84, Philippe 06 25 35 58 86

 

  • mardi 31 janvier à 20h30  à la salle des fêtes de Libourne ,projection du documentaire. « La maison en A » – 78 Minutes, organisé par le CIL (cinéma indépendant libournais) en partenariat avec Libournais en transition. La bande annonce ici https://vimeo.com/167857732
  • samedi 4 février 2017 à la Coupole de Saint Loubès, à 16h30 diffusion du film In transition 2.0 et débat, à 18h00 forum ouvert « Quelle transition citoyenne à Saint Loubès et dans son voisinage ? », 21h00 auberge espagnole à la bibliothèque, organisé par saint Loubès en transition
  • Notez que les 3ème samedi de chaque mois jusqu’à juin c’est atelier de réparation de 9h à 18h de 9h00 à 18h00, 104 avenue Anatole France à St-Médard-en-Jalles (à côté de l’ASCO) au local de Répar’en Jalles : samedi 18 février, samedi 18 mars, samedi 15 avril, samedi 20 mai, samedi 17 juin.

 


Plénière de Gironde en transition,

ce soir (le 13/12) à 19h00, à la MNE

Comme tous les 2ème mardi du mois, ce soir c’est la rencontre mensuelle de Gironde en transition, à la Maison de la nature et de l’environnement, 3 rue de Tauzia à Bordeaux, suivie l’habituelle et conviviale auberge espagnole.

Parmi les points à l’ordre du jour de notre rencontre :

  • l’actualité des 13 groupes de transition girondins,
  • les perspectives de création de nouveaux groupes,
  • diffusions du Film Qu’est ce qu’on attend ! (Ungersheim en transition) de MM Robin en Gironde en 2017,
  • organisation d’un tour des alternatives de Gironde à vélo  ?,
  • une formation transition sud ouest sur un week-end début 2017 ?,
  • questions et informations diverses

Nous espérons vous y voir nombreux.

Voici également quelques infos sur les dates importantes à retrouver dans le calendrier des événements :

  •  jeudi 15 décembre, de 18h30 à 21h, Les rendez-vous Colibris à la Maison Eco-citoyenne de Bordeaux, Prochaine rencontre, Comment faire vivre une démocratie aujourd’hui ? Témoignage exceptionnel de Tristan Rechid, co-initiateur et co-animateur de la liste collégiale et participative de Saillans. Saillans est la première ville en France, et unique pour le moment, à avoir élu un conseil municipal citoyen participatif. Historique, définitions, et questionnements : une conférence articulée qui retrace les différentes étapes qui ont amené un petit village drômois vers l’expérimentation d’une démocratie réelle. Retrouvez les infos sur facebook

 

  •  vendredi 16 décembre de 9h à 13h30, Tristan Rechid élu de Saillans (voir ci-dessus) vous propose un atelier pour interroger votre contexte local et envisager comment vous mettre en route vers une dynamique participative dans votre ville, village, quartier… Pour y participer, merci de vous inscrire par mail à bordeaux@colibris-lemouvement.org Attention places limitées à 30 personnes ! Une participation aux frais, libre, vous sera demandée.

 

  • vendredi 16 Décembre 18h00 à 20h00 à l’Ecopôle de Vélines, 9 rue de St Seurin de Prats, Conférence : Résistance paysanne et éducation populaire, retour d’expériences des voyages d’études de SaluTerre au Vénézuela et au Bénin, Des populations paysannes s’organisent pour mettre un place un développement durable et soutenable de leur territoire. Entre le Vénézuela et le Bénin, des pratiques sociales, des axes méthodologiques semblent communs. Entre « économie de l’extraction » et « économie de la coopération et de la contionnalité », des réflexions peuvent-elles être pertinentes pour notre territoire?

 

  • samedi 17 décembre 2016 de 9h00 à 18h00, 104 avenue Anatole France à St-Médard-en-Jalles (à côté de l’ASCO) au local de Répar’en Jalles Que faire d’un fer à repasser qui ne chauffe plus, d’un aspirateur qui n’aspire plus ou d’un gilet déchiré ? Les jeter ? Pas question ! En  racheter un neuf ? Pas de précipitation! Pour diminuer les quantités de déchets Pour limiter la consommation des ressourcesPour résister à l’obsolescence programmée Donnons une 2ème chance à ces objets en les réparant ensemble ! Rejoignez nos ateliers de réparation animés par des réparateurs bénévoles Se rencontrer, apprendre et s’entre-aider en réparant dans une ambiance conviviale : le petit électroménager, les outils, les jouets, les vêtements, les petits meubles, les vélos… Que vous sachiez bricoler ou pas,  vous serez les bienvenu-e-s ! Pour plus d’informations : http://reparenjalles.saintmedardasso.fr Tél : 06 17 63 58 72

 

  • lundi 19 décembre à 19h30, rencontre mensuelle de Entre-deux-Mers en transition (lieu à définir, probablement sur Créon)

 

  • jeudi 5 janvier à 20h15 au cinéma de Libourne diffusion du film Qu’est ce qu’on attend ! de Marie Monique Robin en partenariat entre Libourne en transition, Biotope Festival (Saint Emilion) et Domaine des possibles (Saint Germain la Rivière). Un film magnifique qui montre à quel point les citoyens peuvent décider de leur avenir en ces temps de grands désordres politique, économique, et écologique.

 

  • – samedi 21 janvier 2017 de 9h00 à 18h00, 104 avenue Anatole France à St-Médard-en-Jalles (à côté de l’ASCO) au local de Répar’en Jalles Que faire d’un fer à repasser qui ne chauffe plus, d’un aspirateur qui n’aspire plus ou d’un gilet déchiré ? Les jeter ? Pas question ! En  racheter un neuf ? Pas de précipitation! Pour diminuer les quantités de déchets Pour limiter la consommation des ressourcesPour résister à l’obsolescence programmée Donnons une 2ème chance à ces objets en les réparant ensemble ! Rejoignez nos ateliers de réparation animés par des réparateurs bénévoles Se rencontrer, apprendre et s’entre-aider en réparant dans une ambiance conviviale : le petit électroménager, les outils, les jouets, les vêtements, les petits meubles, les vélos… Que vous sachiez bricoler ou pas,  vous serez les bienvenu-e-s ! Pour plus d’informations : http://reparenjalles.saintmedardasso.fr Tél : 06 17 63 58 72
  • samedi 18 février samedi 18 mars, samedi 15 avril, samedi 20 mai, samedi 17 juin, de 9h à 18h de 9h00 à 18h00, 104 avenue Anatole France à St-Médard-en-Jalles (à côté de l’ASCO) au local de Répar’en Jalles Que faire d’un fer à repasser qui ne chauffe plus, d’un aspirateur qui n’aspire plus ou d’un gilet déchiré ? Les jeter ? Pas question ! En  racheter un neuf ? Pas de précipitation! Pour diminuer les quantités de déchets Pour limiter la consommation des ressources Pour résister à l’obsolescence programmée Donnons une 2ème chance à ces objets en les réparant ensemble ! Rejoignez nos ateliers de réparation animés par des réparateurs bénévoles Se rencontrer, apprendre et s’entre-aider en réparant dans une ambiance conviviale : le petit électroménager, les outils, les jouets, les vêtements, les petits meubles, les vélos… Que vous sachiez bricoler ou pas,  vous serez les bienvenu-e-s ! Pour plus d’informations : http://reparenjalles.saintmedardasso.fr Tél : 06 17 63 58 72
  • samedi 4 février 2017 à la Coupole de Saint Loubès, à 16h30 diffusion du film In transition 2.0 et débat, à 18h00 forum ouvert « Quelle transition citoyenne à Saint Loubès et dans son voisinage ? », 21h00 auberge espagnole à la bibliothèque, organisé par saint Loubès en transition


Ce vendredi 9 décembre, nous vous proposons : 

Une émission sur France Culture : Connaissez-vous Ungersheim ? Afficher l'image d'origine

Cette ville d’Alsace de 2 200 habitants est devenue un laboratoire vivant des villes en transition grâce à l’engagement de la mairie et d’une partie de ses habitants. La ville s’est donné les moyens de son ambition : réduire son empreinte carbone tout en offrant à ses habitants un cadre de vie de qualité.

C’est ce que relate la réalisatrice Marie-Monique Robin dans son dernier film Qu’est-ce qu’on attend ? Elle est partie à la rencontre de ces acteurs du changement. Ils témoignent de la réussite de cette transition écologique et énergétique sur leur territoire.

La réalisatrice Marie-Monique Robin est venue parler de son film et de la transition écologique dans l’émission De cause à effets, le magazine de l’environnement animée par Aurélie Luneau aux côtés de Christophe Bonneuil (historien) et de Mathieu Labonne (directeur de Colibris et climatologue).

https://www.goodplanet.info/actufondation/2016/10/28/a-ecouter-et-si-la-transition-ecologique-et-energetique-etait-possible-sur-france-culture/

Et voici les événements à venir de la transition Girondine (mais pas que)  :

– lundi 12 décembre à 19h00, rencontre mensuelle de libournais en transition à la MDA de Libourne

– mardi 13 décembre à 19h00, rencontre mensuelle de Gironde en transition à la MNE de Bordeaux

– mercredi 14 décembre 19h00, rencontre mensuelle de ILES (Initiatives locales écologiques et solidaires) de Haute Gironde en transition au château Robillard, 41 rue Robillard, à Saint André de Cubzac

– jeudi 15 décembre, de 18h30 à 21h, Les rendez-vous Colibris à la Maison Eco-citoyenne de Bordeaux, Prochaine rencontre, Comment faire vivre une démocratie aujourd’hui ? Témoignage exceptionnel de Tristan Rechid, co-initiateur et co-animateur de la liste collégiale et participative de Saillans. Saillans est la première ville en France, et unique pour le moment, à avoir élu un conseil municipal citoyen participatif. Historique, définitions, et questionnements : une conférence articulée qui retrace les différentes étapes qui ont amené un petit village drômois vers l’expérimentation d’une démocratie réelle. Retrouvez les infos sur Facebook

– vendredi 16 décembre de 9h à 13h30, Tristan Rachid élu de Saillans  vous propose un atelier pour interroger votre contexte local et envisager comment vous mettre en route vers une dynamique participative dans votre ville, village, quartier… Pour y participer, merci de vous inscrire par mail à bordeaux@colibris-lemouvement.org Attention places limitées à 30 personnes ! Une participation aux frais, libre, vous sera demandée..

– lundi 19 décembre à 19h30, rencontre mensuelle de Entre-deux-Mers en transition (lieu à définir, probablement sur Créon)

 

Sans oublié un petit mot sur l’inauguration des jardins de la prêle,

inauguration-jardins-preleMicro-ferme bio en agroécologie à Flajagues, qui a été suivi pas une conférence sur la thématique des territoires et villes en transition.

Intervenants à la conférence : Jacques Baucé , « maître » maraicher et sa femme Hélène, Laure qui s’est installée à côté pour faire des fraises, Pascal à l’animation et Jacques Caplat éminent agronome et ethnologue qui a écrit un bouquin avec Pierre Rabhi.

 

 


Aujourd’hui, samedi 19 novembre, nous vous proposons :

un article concis et très clair, fraichement publié, à propos des initiatives de transitions et les valeurs qui la définissent (par OXFAM Magasins du monde).image-1

La Transition : une nouvelle dynamique en marche

Alors surtout, n’hésitez pas à diffuser largement.



Mercredi 23 sort au cinéma le dernier de film de Marie-Monique Robin :

QU’EST-CE QU’ON ATTEND ?

Dates de projections débats en Gironde à venir ...
Film documentaire portant sur le projet que le village alsacien d’Ungersheim a lancé en 2009, intitulé « 21 actions pour le XXIe siècle. Tous les aspects de la vie quotidienne y sont présents : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école. L’ambition est de développer une activité et une production localisées afin de réduire les dépenses énergétiques. L’économie locale est également soutenue grâce à une monnaie à part, le Radis. Depuis 2005, 120 000 euros ont été économisés en frais de fonctionnement et les émissions directes de gaz à effet de serre ont été réduites de 600 tonnes par an. Une centaine d’emplois a également été créée.
Quest-ce-queon-attend-200x300
De ma même réalisatrice :
  • Femmes pour la planète
  • Sacrée croissance !
  • Au pays du bonheur national brut
  • Terre souillée
  • Et plein d’autres …

Et aussi une émission sur France Culture : Connaissez-vous Ungersheim ? Cette ville d’Alsace de 2 200 habitants est devenue un laboratoire vivant des villes en transition grâce à l’engagement de la mairie et d’une partie de ses habitants. La ville s’est donné les moyens de son ambition : réduire son empreinte carbone tout en offrant à ses habitants un cadre de vie de qualité.

C’est ce que relate la réalisatrice Marie-Monique Robin dans son dernier film Qu’est-ce qu’on attend ? Elle est partie à la rencontre de ces acteurs du changement. Ils témoignent de la réussite de cette transition écologique et énergétique sur leur territoire.

La réalisatrice Marie-Monique Robin est venue parler de son film et de la transition écologique dans l’émission De cause à effets, le magazine de l’environnement animée par Aurélie Luneau aux côtés de Christophe Bonneuil (historien) et de Mathieu Labonne (directeur de Colibris et climatologue).

https://www.goodplanet.info/actufondation/2016/10/28/a-ecouter-et-si-la-transition-ecologique-et-energetique-etait-possible-sur-france-culture/


Et quelques dates d’événements organisés par les transitionneurs et girondins, à venir ses prochaines semaines :

– samedi 19 novembre, à partir de 10h00 Troc plantes à Targon

– samedi 19 novembre 2016 de 9h à 18h, PROCHAINE JOURNEE-ATELIER DE REPARATION DE l’ASSOCIATION REPAR’EN JALLES Rendez-vous dans notre local, 110 Avenue Anatole France, ST MEDARD EN JALLES, Apportez vos objets en panne (petit électroménager, vélos, outils, petit mobilier, jouets…) Ensemble, nous nous efforcerons de les réparer ! Renseignement 06 17 63 58 72 http://reparenjalles.saintmedardasso.fr/t

– lundi 21 novembre à 19h30, rencontre mensuelle d’Entre-deux-Mers en transition à Quinsac au Château Bellevue, 2 chemin des Caperanis. Si vous vous perdez 06 80 48 53 60

– mercredi 23 novembre à l’Utopia de Bordeaux, faisant suite à la lecture de l’encyclique Laudato Si,  un groupe de réflexion s’est créé. L’objectif de ce groupe est de faciliter la rencontre entre catholiques, écologistes, athées, autres confessions : musulmans, bouddhistes, juifs, orthodoxes, … et toutes personnes qui souhaitent réfléchir sur le thème de la maison commune. Nous nous réunissons une fois par mois à l’Utopia autour d’une auberge espagnole.

– vendredi 25 novembre 20h00, création d’un SEL dans le sud Gironde, AG constituante à la salle des fêtes de LEOGEATS. Contacts Aline 06 38 88 27 51, Ramona 05 56 25 37 00, Agnès 05 56 62 13 17

– dimanche 4 décembre à partir de 10h00 AG de la SCI Terre de Fougueyra à Flaujagues possibilité pour vous d’en devenir sociétaire. Par ce geste, vous soutenez les projets agricoles de Laure et de Marion, qui ont conclu un bail fermier avec la SCI. Cette SCI a été fondée dans le but de favoriser des installations agricoles. (pour plus d’info…)

– lundi 5 décembre (date à confirmer), rencontre mensuelle à Flaujagues de Transition au fil de l’eau (nom provisoire autour des ex cantons de Pujols, Castillon et Vélines)

– mercredi 7 décembre, rencontre mensuelle de Bordeaux en transition (lieu à définir)

– lundi 12 décembre à 19h00, rencontre mensuelle de libournais en transition à la MDA de Libourne

– mardi 13 décembre à 19h00, rencontre mensuelle de Gironde en transition à la MNE de Bordeaux

– lundi 19 décembre à 19h30, rencontre mensuelle de Entre-deux- Mers en transition (lieu à définir)



Voici quelques événements allant du 31/10 au 15/11, organisés ou avec la participation des groupes de transition

 

lundi 31 octobre à 19h00 à Flaujagues (à l’est de Castillon La Bataille) au Foyer municipal, diffusion du film In transition 2.0, suivi d’un débat et d’une auberge espagnole. Le film a été réalisé par le réseau international du mouvement des Villes et territoires en transition (Transition Network). Des histoires de gens ordinaires qui font des choses extraordinaires ont été collectées partout dans le monde. C’est une immersion dans la source d’inspiration qu’est le mouvement de transition. De petits territoires et des communautés locales qui impriment leur propre monnaie, produisent une part grandissante de leur nourriture et de leur énergie, relocalisent leur économie… C’est une idée qui se propage à grande vitesse, une expérimentation sociale optimiste, qui propose des réponses et des solutions en ces temps d’incertitude. Dans un monde de plus en plus trouble, voici des histoires d’espoir, d’ingéniosité et de ce qui arrive quand on plante des légumes dans des endroits inattendus… Ce film débat fait suite à la diffusion du film Demain ! à Castillon La Bataille le 7 octobre dans le cadre d’un café citoyen, à l’inauguration de la micro-ferme, le Jardin de la Prêle, à Flaujagues le 16 octobre et notamment à la conférence  de Jacques Caplat sur l’agroécologie, la permaculture, l’agriculture bio… qui a réuni plus de 100 personnes et aussi aux projets de transition autour de l’Ecopôle de Vélines. Si les participant-e-s le souhaitent, cette dynamique pourra aboutir d’ici quelques semaines à la réalisation d’un forum ouvert, qui permettra de faire émerger des projets locaux d’actions citoyennes et la création d’un ou plusieurs groupes de transition pour les mettre en œuvre.https://fr.wikipedia.org/wiki/Ville_en_transition   http://www.transitionfrance.fr/  http://gironde-en-transition.fr/

– mardi 8 novembre à 19h00, rencontre mensuelle de Gironde en transition à la Maison de la nature et de l’environnement, 3 rue de Tauzia à Bordeaux, suivie d’une auberge espagnole

– mardi 08 novembre à 18h00 et 19h30 à Darwin, 87 quai de Queyries Salles Meta + Morphoses PROCHAINES RÉUNIONS D’INFORMATION METROPOLE BORDELAISE Vous êtes intéressé-e par les CIGALES. Vous souhaitez connaître le fonctionnement d’un Club Cigales ? Vous aurez toutes les précisions que vous souhaitez. Vous avez un Projet d’Entreprise ? Vous pourrez l’évoquer. Vous êtes cordialement invité(e) à la réunion d’information  sous forme d’échanges à partir du film « Des Cigales et des hommes ». N’hésitez pas à inviter toute personne susceptible d’être intéressée et à lui transmettre cette invitation. Au plaisir de vous rencontrer à nouveau ou de faire votre connaissance. P.S. Au cas où vous ne pourriez participer à cette réunion, merci de préciser vos disponibilités afin de convenir d’une information complémentaire .cigales.nouvelle.aquitaine@gmail.com. N.B. Il n’y aura aucun engagement au cours de cette réunion. La participation éventuelle à un Club se fera ultérieurement. Retrouvez notre actualité et nos événements: www.cigalespoitoucharentes.org ou le site de la fédération nationale : http://cigales.asso.fr/ contact : 06 33 26 38 44 Qu’est-ce qu’une « CIGALES » ?  Une « CIGALES » est un Club d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Epargne Solidaire. Chaque « CIGALES » est composée d’un groupe de 5 à 20 personnes qui se réunissent dans le but de constituer une épargne collective destinée à soutenir, par un apport en capital, des entreprises en création ou en développement. Ces entreprises doivent avoir une activité produisant une plus-value environnementale, sociale ou culturelle. Les membres de la « CIGALES apportent également, selon leur expérience, leurs compétences et leurs disponibilités, un appui aux porteurs de projet dans la phase de démarrage de leur entreprise. Qui peut participer à une « CIGALES » ? La participation à une « CIGALES » est ouverte à tous. Tous concernés par les « CIGALES » : Les personnes qui souhaitent maîtriser l’usage d’une partie de leur épargne et faire l’expérience d’un investissement solidaire au sein d’un groupe au fonctionnement  démocratique. Les porteurs de projet de création ou de reprise d’activité qui recherchent un accompagnement et un soutien financier et humain, de proximité. Les personnes qui ont connaissance d’un projet et qui, sans être membres d’une « CIGALES », peuvent mettre en relation les porteurs de projet avec une « CIGALES » locale.  Pour résumer, c’est du capital risque local et solidaire, où chacun décide de sa contribution financière mensuelle à partir de 7,5€. Le but n’est ni de faire de la plus-value, ni de verser de l’argent à fonds perdu. Les CIGALES sont au carrefour de l’épargne de proximité, de l’épargne éthique et de l’épargne solidaire. N.B. La partie des versements qui sont investis donne lieu à réduction d’impôt de 18%

– lundi 14 novembre à 19h00, rencontre mensuelle de libournais en transition à la Maison des associations de Libourne, 47 boulevard de Quinault, 1er étage, suivie de notre habituelle et conviviale auberge espagnole…  Rencontre ouverte à toutes et à tous !

– lundi 21 novembre à 19h30, rencontre mensuelle d’Entre-deux-Mers en transition à Quinsac (lieu à confirmer)

– mardi 15 novembre, diffusion du film Demain ! à Saint Loubès, 20h00 à la Coupole, avec en perspective la création d’un groupe de transition lors d’un forum ouvert début 2017



Réunion d’échange sur l’encyclique Laudato si

Gironde en transition se questionne sur l’état de notre planète et les solutions pour qu’elle soit accueillante pour les générations futures. Le Pape François a fait une encyclique  « Laudato si » qui reprend la plupart des thèmes que nous étudions à la transition. Il est donc évident que le monde des écologistes et des chrétiens doivent se rencontrent pour discuter d’écologie, mais aussi de social ou encore de partage et de solidarité. Un petit groupe de réflexion s’est constitué et il pense que de nombreuses personnes de toutes confessions ou athée doivent se rencontrer.

Dans cette optique nous vous proposons de venir le 8 octobre à 10H à L’Utopia à la salle de la cheminée pour un petit dej de réflexion sous la forme d’une auberge espagnole (vous pouvez amener des viennoiseries, des jus de fruits, le café et le thé seront sur place) Une présentation très courte de l’encyclique sera faite par le groupe de réflexion suivi d’un échange animé par ce même groupe. Pour tous renseignement : Gilbert Haumont au 06 78 01 24 73 Alain Blanc au 06 32 15 11 68



La rentrée de Gironde en Transition

Prochaine rencontre ouverte à toutes et tous de Gironde en transition mardi 13 septembre (2ème mardi du mois) à 19h00 à la Maison de la nature et de l’environnement, 3 rue de Tauzia à Bordeaux, suivie de notre habituelle et conviviale auberge espagnole…

Quelques dates :

– dimanches 7 août et 4 septembre (1er dimanche du mois) à Targon de 10h à 14h, l’association Cartier Vert en Targonnais (CVT) organise avec le soutien de la mairie,  un marché bio, mensuel, local, festif : présence d’animations, stand de la MIEL, musique, buvette et restauration sur place.  (voir aussi article SUD OUEST)

 

–    le samedi 24 septembre Altarnatiba Bassin d’Arcachon organisée par les deux groupes de transition du territoire.

N’hésitez pas à contacter Stéphane et Dominique, du groupe Nord Bassin en transition, si vous souhaitez être bénévole lors de l’événement :

tél. : 05 56 03 75 58

@ : benevoles@alternatibassin.org

(+ d’infos dans la partie petites annonces).

 

–    le dimanche 25 septembre, Vélorution climat à Bordeaux organisation, TACA, Greenpeace, Gironde en transition…)

 



 

Le mardi 14 juin 2016,

Comme tous les 2ème mardis du mois, la plénière de Gironde en Transition s’est tenue à la Maison de la Nature et de l’Environnement, en présence de plusieurs membres des différents groupes de transition en Gironde.

Afficher l'image d'origine

(Dans les locaux de la MNE)

La rencontre mensuelle a débuté par un retour de Pascal sur la conférence « Vers de nouveaux modèles économiques après la COP21 », animée par :

  • Sylvie Ferrari (Maître de Conférences en sciences économiques à l’Université de Bordeaux – chargée de l’enseignement de l’Économie de l’environnement)
  • Patrick Maupin (Référent Climat-NRJ de Greenpeace Bordeaux, représentant Greenpeace au bureau de la Commission d’information nucléaire du Blayais)
  • Pascal Bourgois (co-animateur de Gironde en Transition).

 

Parmi les points à l’ordre du jour de notre rencontre :

 

– l’actualité des 10 groupes de transition girondins, les perspectives de création de nouveaux groupes (Léognan, Cubzaguais, Langoiran/Le Tourne, Gradignan…), une rencontre des monnaies locales girondines.

Nous retiendrons que l’Alternatiba Bassin d’Arcachon arrive à grands pas (le samedi 24 septembre), événement qui sera ponctué par l’arrivée récente de la monnaie locale l’OSTREA. Cette dernière qui, on l’espère, suivra la voie de la MIEL (sa cousine originaire du Libournais) qui ne cesse de se développer.

 

– le nouveau site internet GeT, l’utilisation éventuelle d’autres outils (facebouc…), faire connaitre la transition,
– une formation transition sud ouest ?

 

– échange à partir d’un diaporama « Sobriété, coopération et relocalisation : les bases d’une transition post carbone ? » issu de l’ouvrage « Le pouvoir d’agir ensemble, ici et maintenant » de Rob Hopkins

–    questions diverses, participation à la réunion du collectif climat 33 qui organise la Vélorution du 25 septembre, participation à l’Alternatiba du Bassin du 24 septembre.

 

N’hésitez pas à prendre part à la prochaine plénière pour nous faire part de vos initiatives ou prendre connaissance des initiatives qui se développent autour de chez vous.

 

mon compteur


		                   
    
Aller à la barre d’outils